Graphistes, les phrases à bannir pour eviter les projets galères

Tagué + + + + +

Lorsque vous recevez un mail d’une personne à la recherche d’un graphiste freelance, il y a des mots qui peuvent vous donner des indices sur la suite du projet.
Avec un peu d’experience je sais maintenant repérer ces phrases qui augurent d’un projet à eviter. ses mots doivent faire parti de votre liste noire si vous souhaitez éviter les projets galères, c’est à dire les pertes de temps, d’argent mais surtout perte de motivation!
Voici ma petite liste personnelle de phrases à bannir pour éviter les problèmes sur vos futurs projets:

La liste :


« on a pas beaucoup de budget » et sa variante « budget limité »

Traduction : On en a jamais vraiment eu, et on en aura pas plus après


« Bonjour, c’est combien pour un site internet ? »

Réponse : Oui? Un pain au sésame ou une baguette ?
Traduction : On veut un site mais on ne sait pas encore quoi mettre dedans.


« faites moi un prix sur la première commande et vous aurez plus de boulot »

Je vous met au défi de me trouver un garagiste qui accèpte de vous faire un prix sur la main d’oeuvre alors que vous ne le connaissez pas.
Ne faites pas de ristournes avant d’avoir au moins travaillé une fois avec un client. Eventuellement et si le premier projet s’est bien passé, vous pourrez ensuite faire un geste commercial, mais pas avant.


« Je vous envoie un test, pour juger de vos compétences » et sa variante : « faites moi une proposition graphique et si ça me convient alors je vous demanderai un devis »

Réponse : Si je comprend bien, je vais passer une demi-journée à travailler gratuitement ou pire, qu’on me pique mon travail ? Demandez à être rémunèré pour un test, comme n’importe quelle demande.


« C’est URGENT! »

Réponse : Tout mes clients sont pressés. si c’est vraiment urgent, attendez-vous à devoir payer un surplus.


« Notre précédent graphiste nous a laché »

Réponse : intéressant, je pourrai savoir à cause de quoi ? (Un impayé peut-être ?)


« C’est une opportunité »

Réponse : Ca semble tellement évident que vous vous sentez obligé de le rappeler….


« Pour vous faire connaitre » OU « On cherche un graphiste gratuit mais on fera votre pub »

Réponse : je ne cherche pas à faire de la pub, c’est vous qui avez besoin de mes competences, pas l’inverse.


« J’ai demandé à d’autres graphistes »

Sous-entenndu : Si vous ne baissez pas le prix le projet vous passera sous le nez mon petit.


« Je suis honnête avec vous … »

Réponse : Pourquoi avoir à le préciser, je peux m’en rendre compte par moi-même si vraiment c’est le cas.


Et une fois le projet lancé :

« tu seras réglé si tout va bien … »

Réponse : La rémunération fait partie du bon déroulement d’un projet, j’ai fais ma part du boulot, maintenant à vous de faire la votre.


« Ca prend pas beaucoup de temps et je te demande stp de me le faire … »

Réponse : Si rien ne prenais de temps, je ne facturerai jamais mon boulot.


Conclusion

Vous l’aurez compris, certaines phrases peuvent toutefois être nuancées, tout dépend du contexte.
Si vous repérez plusieurs de ses phrases dans un mail ou lorsqu’un client vous appelle, et encore plus si ces phrases sont répétés plusieurs fois je vous conseille vivement de ne pas accepter le projet, vous gagnerez du temps.

Et vous quelles phrases types avez-vous dans votre liste noire ?

Thomas Dufranne

Directeur artistique web / Webdesigner, je travaille en tant qu'indépendant aux environs de Paris, France.

20 réactions sur “Graphistes, les phrases à bannir pour eviter les projets galères

  1. Hahaha !! Une variante :
    « Notre précédent graphiste nous a laché, donc on a plus d’argent et on a pris du retard donc c’est urgent !! »

  2. “Bonjour, c’est combien pour un site internet ?”
    j’aime bien répondre « c’est le même prix qu’une voiture » :)

  3. Sans oublier « Pourriez vous nous faire des propositions ? » qui semble une demande d’audit gratuit à l’arrachée ou augure quelques échanges d’email pour le simple plaisir de taper la causette …

  4. :-) ou alors dans le genre (on me l’a fait aujourd’hui encore):
    « Je viens vers vous parce que j’ai eu d’autres propositions mais c’était beaucoup trop chère »
    moi: ah bon et c’est combien bcp trop chère ?
    « 1000€ pour un site internet »…
    ça fait mal aux oreilles ça aussi…

  5. Bravo pour l’article !!! il est vraiment bien !!!
    Dans le cas ou vous ne vous serez pas assez méfier, attention aux projets d’après :
    Salut, ça va tu as passé de bonne vacance? … ça serait bien que tu réfléchisse sur ce projet ou que tu me fasse des corrections sur le précédent projet tu à fait une erreur …
    traduction : le genre de client qui ce fait passé pour votre pote alors que vous ne le connaissez pas et qui gratte du terrain pour demandé des prestations supplémentaires gratuites ou au rabais

  6. Celle là est pas mal, texto, sans modif de ma part, d’un établissement public

    Ma question :

    « Il y a un point qui a attiré mon attention sur le planning. Qu’entends-tu par choix prestataire ? »

    Réponse :

    « « Choix de prestataire »…c’est pour la forme, ça aurait pu être « choix définitif », tu es le seul en lice !

    Mais comme je te le disais lors de notre entrevue, xxx xxxxx serait aussi intéressé pour travailler dessus le site, il mais pas disponible pour l’instant.

    Je me laisse une marge, si il y avait un choix à faire.  »

    mmmh, je pars en courant !?

  7. Le « J’ai fait un petit projet dans word pour vous montrer ce que je voudrait », déclinable avec « ma femme/mon collègue/mon neveu (sous entendu « qui sait dessiné »), c’est pas mal non plus…

    et le célèbre « le fils de ma soeur, qui suit une formation web, propose de me faire mon site pour 150€, et vous, qu’est ce que vous pouvez me proposez? »

  8. Comme variante : « Pouvez-vous me faire une moitié de logo et un quart de site svp? Quand j’aurais plus de budget on fera le reste… » Véridique ! Évidemment, je l’ai envoyé péter!

  9. Dans mon job, j’étais cliente de graphiste et je faisais l’intermédiaire entre ma chef et les agences/graphistes. Ce que je détestais le plus quand on préparait le brief, c’était qu’elle me dise, « tu leur demande un premier jet, à peu près dans cet esprit-là, on redressera le tir ensuite ». Cela voulait dire que l’agence travaillait un premier jet, et qu’à la première correction, on lui faisait tout refaire ! Je détestais procéder comme cela avec mes fournisseurs. Courage, les clients peuvent être parfois détestables !

  10. Excellent article, ca sent le vécu, et je partage tout ce que j’ai lu ici. Ca fait du bien de lire ce genre de trucs, pcq on se sent seul devant un client qui est pret à nous faire bosser gratuitement, ou pour des clopinettes. Bravo! je partage sur les reseaux sociaux.

  11. Quand tu vas au resto, est ce que tu demande de payer dans une semaine? Ou d’avoir ton plat a moitié prix?
    Il ne me semble pas non plus qu’arrivé devant le pompiste, tu lui dise que tu vas peut etre aller remplir ta voiture chez le concurrent si c’est moins cher…

  12. Toutes ses phrases sont le reflet même de l’image qu’on les designers à France. Je pense que c’est aussi dans notre intérêt d’expliquer à ses mêmes clients notre métier. Car, parfois, se n’est qu’une question d’ignorance. Loin de moi l’idée de tout accepter mais faire une explication simple désamorce parfois la situation.

  13. À travers l’expérience je me suis fais exactement la même liste noire, la phrase la plus récurrente étant en effet « on a pas beaucoup de budget ». J’en profite pour compléter ce post avec ma réponse standard « je n’ai pas beaucoup de temps » et désormais je leur raccroche presque à la gueule, j’en ai eu trop.

    De toute façon je pense que je vais arrêter ce métier il ne m’apporte pas grand chose ni au niveau satisfaction, ni au niveau rémunération.

    Je trouve mon métier très intéressant quand on a l’occasion de bien le faire, malheureusement pour moi ce n’est jamais le cas, le plus souvent je suis les directives de quelqu’un qui ne connait rien au métier qui croit que je suis là pour mettre à l’écran avec PHOTOSHOP ses incroyables talents innées de créatif. Donc voilà en plus que être sous-payé, je fais de la m… ça n’a aucun intérêt. Et les explications (même claires) n’y font rien, ou très peu avec une énorme perte de temps.

    J’en suis arrivé à un point ou je préfère faire des travaux gratuits du coup c’est souvent les mieux réussis, là au moins on ne me prend pas la tête. Je garderais ce métier comme un hobby, au moins je pourrais m’éclater.

    Voilà, après c’est mon expérience, en plus perso j’aime pas rester planté devant un ordi toute la journée mais je veu pas décourager les autres! Bonne continuation!

  14. c’est désespérant.
    on a tous les mêmes soucis je vois…
    pareil pour moi…

    j’ai une variante (comme les gens pensent qu’on « gribouille ») :
    j’ai eu l’autre fois une copine d’enfance que j’ai pas revu depuis 15 ans qui me dit qu’elle va se marier, et me demande de faire des portraits au dessin de son futur mari, mais qu’elle « a pas beaucoup d’argent pour me payer ».
    comme si j’allais faire un portrait réaliste toute une soirée sur papier pour 15€ car c’est une « copine ».
    copine mes fesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *